Des nouvelles de uma

Un bassin de main d’oeuvre sous-estimé
article 2 de 2

Alors qu’il est maintenant évident que recruter va nécessiter du temps, des efforts, et bien souvent de l’adaptation (par exemple pour accueillir des employés immigrants), ce n’est pas le premier réflexe d’un employeur de se tourner vers des candidats ayant une limitation fonctionnelle. C’est pourtant une solution gagnant-gagnant, et surtout bien moins compliquée qu’on ne le pense! De nombreux employeurs ont déjà fait cette expérience, et si ce n’est pas forcément visible (car de nombreuses limitations ne se voient pas!), c’est bien souvent une réussite.

Orientation Travail en Estrie se spécialise dans l’accompagnement de personnes ayant une limitation fonctionnelle. Marie-Claude Marcil Coordonnatrice des services spécialisés à Orientation Travail nous offre une meilleure compréhension de ces travailleurs. À travers deux entretiens, elle va nous présenter les personnes ayant une limitation fonctionnelle, et comment faciliter leur accueil en emploi.

Voici le second article de nos deux articles consacrés à la question

Aborder les difficultés possibles lors d’un entretien ou entrevue  d’embauche

Une entrevue avec une personne ayant une limitation fonctionnelle, s’aborde comme n’importe quelle entrevue : il faut évaluer les compétences du candidat ou de la candidate. Il est simplement important, en particulier lorsqu’on a conscience des problématiques de la personne, de  faire preuve de bienveillance. Si le candidat ou la candidate met un peu plus de temps pour répondre, la bonne réaction peut être tout simplement de respecter ce besoin et ne pas s’impatienter. Par exemple, une personne anxieuse peut avoir tendance à oublier des choses. Ces oublis ne sont alors pas la marque que l’on a affaire à une personne décousue, il s’agit seulement d’un effet de l’anxiété. Lorsque la limitation est très visible, il est important de ne pas porter toute l’attention dessus, mais bien se concentrer sur les compétences de la personne telles qu’elles apparaissent dans son CV.

Les questions sur la condition elle-même et les détails de la vie personnelle ne peuvent être posées, et les candidats et candidates ne peuvent être tenus de nommer une condition particulière. En revanche, lorsque quelqu’un envoie sa candidature pour un poste, c’est qu’il ou elle présume être capable de faire les tâches qui sont spécifiées dans l’offre d’emploi. Il est donc tout à fait légitime pour l’employeur, lorsqu’il a une crainte concernant un aspect particulier du travail, de demander au candidat ou à la candidate comment il compte accomplir cette tâche. Il est certain que la personne a déjà envisagé la situation et a une solution à proposer. Lorsqu’on n’y est pas habitué, on peut être très surpris de réaliser que bien des tâches qui nous semblent familières peuvent être accomplies différemment, tout en étant aussi efficace!

Poser la question « comment comptez-vous accomplir [telle tâche] » n’est pas péjoratif ou discriminatoire : c’est inviter la personne à se mettre en valeur face à l’emploi. Il est normal que l’entreprise cherche quelqu’un pour accomplir une tâche, il est donc normal qu’elle s’assure que le candidat soit en mesure de le faire.

Comment anticiper l’accueil/ intégration et le faciliter?

Comme nous le soulignions dans le premier article consacré aux personnes ayant une limitation fonctionnelle, la majorité des adaptations nécessaires sont simples et ne nécessitent pas d’investissement important. Parfois, il suffit simplement de sortir de ses habitudes.

Les besoins dépendent du profil de chaque personne. Ce qui ne change pas, c’est que mettre un petit plus de temps pour l’intégration de l’employé peut être gagnant pour la suite. C’est gagnant pour n’importe quel employé, mais ça l’est en particulier pour un employé ayant une limitation.

Il y a deux scénarii possibles : soit la personne bénéficie d’un accompagnement, soit elle n’en a pas. Si la personne est accompagnée et l’autorise, son intervenant peut contacter l’employeur et le renseigner sur ce qu’il a besoin de savoir : l’organisme qui intervient a un plan d’action, peut signaler à l’employeur ce à quoi il doit être plus vigilant, et peut aller sensibiliser l’équipe de travail, les superviseurs… l’adaptation peut être alors beaucoup plus simple qu’on ne l’imagine, puisqu’une partie du travail a déjà été déjà fait en amont.

S’il n’y a pas d’accompagnement, certaines personnes sont à l’aise de nommer leur condition, de l’expliquer. D’autres ne le sont pas par peur de stigmatisation ou d’exclusion. Il est important dans tous les cas de se concentrer sur les tâches et la manière dont la personne peut les aborder. Si l’on observe une difficulté en cours d’emploi, l’employeur et/ou l’employé pourront faire appel à Orientation Travail, qui sera en mesure d’offrir un soutien.

Chercher de la main-d’œuvre ayant une limitation fonctionnelle

Orientation Travail couvre tout le territoire de l’Estrie, et accompagne des personnes avec tout type de limitation fonctionnelle. Tout employeur estrien peut les contacter dans le cadre de sa recherche de main-d’œuvre. Les intervenants d’Orientation Travail prendront le temps de travailler avec lui pour comprendre son besoin et ce qu’il cherche comme profil d’employé. Ils pourront alors diffuser l’offre d’emploi au sein de leurs équipes, mais aussi faire une présélection qui  afin que les candidatures proposées puissent réponde aux besoins du poste et aux attentes de l’employeur. Un candidat ne sera jamais proposé si l’intervenant pense qu’il ne pourra pas accomplir le travail.

Comme l’ensemble des candidats et des candidates sont accompagnés par un intervenant, l’intervenant a une bonne connaissance de ses forces et de ses difficultés. L’intervenant va donc présenter la candidature, sans nommer la condition car il s’agit d’une information confidentielle, mais en parlant clairement de ce qu’il faut mettre en place pour que cela fonctionne. Le choix de l’embauche appartient à l’employeur, mais celui-ci pourra le faire en ayant une vision claire du candidat ou de la candidate.

Si l’embauche se fait, Orientation Travail pourra proposer des pistes de solutions et/ou d’adaptation afin  que l’intégration fonctionne.  Il suffit de l’accord de l’entreprise pour que les intervenants puissent opérer. Ces derniers peuvent se déplacer directement dans les entreprises, et offrent beaucoup de solutions.

Difficultés avec une personne déjà en emploi

Une situation de limitation n’apparaît pas exclusivement à l’embauche. Il peut arriver que l’on embauche quelqu’un qui au départ n’avait pas de difficulté, ou qui ne l’a simplement pas nommée. Il peut arriver aussi qu’une maladie apparaisse, s’aggrave, qu’un accident arrive.  Orientation Travail peut intervenir dans toutes ces situations. Si l’employeur constate des difficultés avec un employé liées à une limitation et qu’il souhaite maintenir la personne en emploi, il peut, avec l’accord de l’employé en question, faire appel à Orientation Travail. C’est une situation qui peut arriver dans n’importe quelle entreprise, et malheureusement les employeurs comme les employés ignorent parfois que des ressources gratuites existent et qu’ils peuvent être aidés. Car une fois les démarches entamées, elles se déroulent généralement bien!

En conclusion

Beaucoup d’entreprises emploient déjà des personnes ayant une limitation, mais cela ne se voit pas nécessairement. Il est important de savoir que de manière générale, et plus encore avec un accompagnement adéquat, employer des personnes ayant une limitation fonctionnelle a souvent l’air bien plus compliqué que ça ne l’est en réalité.

Les personnes ayant une limitation fonctionnelle sont donc un bassin de main-d’œuvre de grande qualité auquel on ne pense malheureusement pas assez souvent. N’hésitez donc pas à dépasser vos craintes et vous renseigner auprès d’Orientation Travail en Estrie ou d’autres organismes dans d’autres régions, et ne vous privez pas d’une main-d’œuvre disponible et de grande qualité par peur de complications!

Vous êtes en Estrie? N’hésitez pas à contacter Orientation Travail en vous rendant sur leur site web!

Attribution de l’image d’illustration: Sebastien.delorme [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], from Wikimedia Commons

Articles récents

Nos partenaires

Un bassin de main d’oeuvre sous-estimé
article 2 de 2

6 décembre 2018

Conseils pratiques

un bassin de main d’œuvre sous-estimé
article 1 de 2

22 novembre 2018

Articles Reliés

Nos partenaires

Un bassin de main d’oeuvre sous-estimé
article 2 de 2

6 décembre 2018

Actualités, Nos partenaires

Formation DUAL, allier travail en entreprise et apprentissage en soudure ou usinage

27 septembre 2018